RÉVOLUTION OU BARBARIE


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Il y a 40 ans, les comités de soldats...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bugsy
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 370
Date d'inscription : 16/04/2015

MessageSujet: Il y a 40 ans, les comités de soldats...    Mar 16 Fév - 16:55

Intro au papier de Bordur ci-dessous :

Ça me rappelle ma jeunesse. Les réunions clandos avec des députés communistes, des généraux... Et la Sécurité militaire au cul en permanence. Je me souviens aussi, de l'histoire du camarade médecin arrêté. Il nous raconta son interrogatoire par le flics militaires : "Avoue que tu travailles pour les Allemands de l'Est". Ah, les cons. Ils n'avaient pas compris que nous militions pour la création d'un syndical de soldats [car comme dit l'adage : soldat, sous l'uniforme tu restes un travailleur]. J'étais de la direction de l'Information pour les droits du soldat (IDS) https://fr.wikipedia.org/wiki/Information_pour_les_droits_du_soldat. Combien de fois je me suis pris de gueule avec le social-traitre, deuxième gauche, Edmond Maire. " Pas de syndicat à l'armée" nous lançaient-ils, lui et sa camarilla, un peu comme ces militants curetons de la CFDT, "Pas de politique au syndicat". Que de tranches de rigolades. Des souvenirs inoubliables de luttes, en somme. Il me reste de cette époque nos 2 bouquins ci-dessous.






et ce truc édité par des réacs dont je colle le sommaire sous l'image :



Sommaire :
Les divers gauchismes
Les communistes orthodoxes et l'armée
- Le statut démocratique du soldat proposé par les J.C.F.
- Les fractions
- Les techniques de pénétration et de noyautage
- Le but de cette méthode
- Application actuelle
Illustration : l'armée tsariste en 1917
Qu'en conclure ?
Annexe : extrait de l'ouvrage du Général Denikine, La décomposition de l'armée et du pouvoir (février-septembre 1917)

Les réacs chiaient dans le froc, à l'époque. Le Jojo cher à l'ami Alain et Séguy pouvaient à tout moment mobiliser. Comme lors de la manif pour la libération des soldats emprisonnés au Fort de l'Est. 200 000 manifestants à Paris, certains ont avancé le chiffres de 500 000.



http://i84.servimg.com/u/f84/19/41/01/43/screen17.jpg

Il y a 40 ans, les comités de soldats...
par Daniel Bordur



Il y a quarante ans le 12 février 1976, le dernier des 26 prisonniers de l'affaire des comités de soldats, alors secrétaire de l'union locale CFDT, sortait de prison après dix semaines d'incarcération. Retour sur un épisode mouvementé de l'histoire des relations contrastées entre le pays et son armée, dont le cœur est à Besançon, au 19e régiment du Génie.  

Il y a 40 ans, le 12 février 1976, Gérard Jussiaux sortait de prison. Secrétaire de l'union CFDT de Besançon où l'influence du combat des Lip et les socialistes autogestionnaires, voire libertaires, du PSU, avaient une grande influence, il avait accompagné des militaires du contingent d'un des régiments de la ville qui s'étaient constitués en comité et entendaient le transformer en section syndicale. Les locaux de la CFDT avaient été utilisés pour une conférence de presse avec des soldats. Ils s'étaient résolus, en novembre, à cette audace parce qu'ils ne voyaient pas venir de sanction contre un lieutenant qui avait tabassé, au printemps précédent, en lui éclatant la rate à coups de rangers, un appelé qui contestait une décision...

Une centaine de comités de soldats fleurissaient dans le pays qui, dans ces années post-mai 68, avait vu les sursis d'incorporation dans l'armée remis en cause en 73 par Michel Debré. Ils étaient souvent animés par des militants d'extrême gauche [https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_marxiste_r%C3%A9volutionnaire] ou du PSU via l'association IDS (information des droits du soldat). Au 19e régiment du Génie de Besançon, l'un d'eux était Alain Genot, militant trotskyste. Il fit un bon mois de prison. Un bibliothécaire de la ville, Jean-Claude Valentini, qui avait prêté son appartement pour des réunions clandestines, passa un mois et demi derrière les barreaux. Au total, 53 personnes furent inculpées d'atteinte au moral de l'armée devant la cour de sûreté de l’État, 26 connurent la paille humide du cachot... On parlait de complot communiste et d'armée de guerre civile...

Un mouvement de solidarité se leva dans le pays...

Et puis un non-lieu général fut rendu en 1978. La cour de sûreté de l’État disparut après la victoire de François Mitterrand en 1981. Plus tard, Jacques Chirac supprimera la conscription et l'armée de métier devint la règle, assez loin du modèle de "l'armée nouvelle" et citoyenne chère à Jaurès...  

Une rapide recherche m'a fait tomber sur un mémoire de maîtrise d'histoire, mais les quelques protagonistes de cette affaire que j'ai interrogés n'ont pas connaissance d'autres travaux de recherche.

Bon, voilà, je développe ça dans deux articles de Factuel.info. Ce serait dommage que cet épisode tombe dans l'oubli. Ah oui, j'oubliais, je trouve assez juste cette analyse de Gérard Jussiaux : "à Besançon, mai 68 a duré dix ans. Il a commencé début 67 avec la grève de la Rhodia [qui déboucha sur les fameux films du groupe Medvedkine] et s'est terminé fin 77, quand l'érosion des adhésions au syndicat a commencé..."

Daniel Bordur

--------------------------------------------

Draguignan (Var) le mercredi 11 septembre 1974: 200 appelés de la caserne de Draguignan (var) sont descendus pour manifester contre la lenteur des réformes annoncées, les permissions sucrées et les punitions trop dures. Photos © Gérard Bonnet







Cette manif a une histoire. Nous avions prévus des manif dans toutes les villes de casernement mais la Ligue de Krivine, avec Filoche (du secteur soldat) ont tout court-circuité en lançant celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a 40 ans, les comités de soldats...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comité ACE 2007-2008
» Comité d'entreprise
» Le général Patrick de Rousiers nommé president du comité militaire de l'Union Européenne
» Le comité Valmy
» Comité de redressement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RÉVOLUTION OU BARBARIE :: BOîTE À OUTILS DU COMMUNISME :: HISTOIRE-
Sauter vers: